Mahine - Coiffeuse


Episode Artwork
1.0x
0% played 00:00 00:00
May 20 2020 25 mins   7

Dans ce premier épisode, je trouvais assez logique de vous emmener à la rencontre d’une représentante d’une des professions qui nous a sans doute le plus manqué pendant le confinement. Vous devinez ?

Mahine, c’est la reine des boucles et des frisettes. Entre ses mains, les tignasses les plus indomptables s’adoucissent. Et je dois vous faire une confession, depuis que je la connais, mes bouclettes se portent mieux, elles semblent plus légères, plus bondissantes. Car oui, c’est Mahine qui taille ma chevelure. Une femme de 31 ans qui vibre avec son époque, qui veut ralentir, aimer, travailler pour vivre, et non pas le contraire.

Cet épisode a été enregistré, il y a quelques semaines, un dimanche matin, à Lausanne, juste le jour avant la réouverture des salons de coiffure.

Alors, comment on se sent après six semaines de pause forcée?



Ce podcast est né pendant la crise du coronavirus, et il a vu le jour grâce à une campagne de crowdfunding. Parmi les très généreux donateurs, j’aimerais en citer deux.

Le premier, tient à rester anonyme. Ce chef d’entreprise établi à Genève, je le cite « a pris conscience de plein fouet, non seulement de la précarité des indépendants mais surtout de leur essor économique dans le monde de demain. Un monde qui est déjà celui d’aujourd'hui.» Mécène et philanthrope, il a décidé de soutenir ce podcast pour donner un écho à la voix des indépendants.

Le second, s’appelle Thibaut Gallineau. Il a d’abord été salarié. Puis à moins de 30 ans, il s’est lancé pour devenir consultant indépendant à Genève pour les Services Financiers et les PME. Insatiable curieux, il est aussi enseignant chercheur et papa de 4 enfants. Bref, pas de quoi s’ennuyer. Son dynamisme l’a poussé à soutenir plusieurs projets pour venir en aide aux indépendants qui restent trop souvent invisibles selon lui.

Je tiens à les remercier ici chaleureusement tous les deux. Sans eux, ce projet n’aurait jamais pu prendre la forme actuelle. Merci. Et place au podcast !