Jorge- Commerçant et journaliste


Episode Artwork
1.0x
0% played 00:00 00:00
May 27 2020 27 mins   4

Aujourd’hui, je reçois Jorge. A 47 ans, son parcours ressemble à un numéro d’acrobate, jalonné de grands écarts et de pirouettes. Producteur de musique, roi de la nuit, directeur d’hôtel, restaurateur, puis blogueur et journaliste, il est aussi commerçant depuis le mois d’octobre dernier. Les casquettes se succèdent pour ce passionné d’automobile et d’horlogerie, mais elles sont toujours portées avec élégance. C’est sans doute pour ça qu’il a été élu comme l’un des 10 journalistes les mieux habillés de la planète par le magazine américain Adweek. Oui, oui, rien que ça. C’est pourtant, en t-shirt noir, tout simple, que Jorge m’accueille chez lui, juste quelques jours avant la réouverture de sa boutique. Et il revient sur cette étrange période, où confiné, il a vu ses revenus et son optimisme se réduire comme peau de chagrin.


Ce podcast est né pendant la crise du coronavirus, et il a vu le jour grâce à une campagne de crowdfunding. Parmi les très généreux donateurs, j’aimerais en citer deux.

Le premier, tient à rester anonyme. Ce chef d’entreprise établi à Genève, je le cite « a pris conscience de plein fouet, non seulement de la précarité des indépendants mais surtout de leur essor économique dans le monde de demain. Un monde qui est déjà celui d’aujourd'hui.» Mécène et philanthrope, il a décidé de soutenir ce podcast pour donner un écho à la voix des indépendants.

Le second, s’appelle Thibaut Gallineau. Il a d’abord été salarié. Puis à moins de 30 ans, il s’est lancé pour devenir consultant indépendant à Genève pour les Services Financiers et les PME. Insatiable curieux, il est aussi enseignant chercheur et papa de 4 enfants. Bref, pas de quoi s’ennuyer. Son dynamisme l’a poussé à soutenir plusieurs projets pour venir en aide aux indépendants qui restent trop souvent invisibles selon lui.

Je tiens à les remercier ici chaleureusement tous les deux. Sans eux, ce projet n’aurait jamais pu prendre la forme actuelle. Merci. Et place au podcast !