07. La photo au sténopé


Episode Artwork
1.0x
0% played 00:00 00:00
Jan 17 2019 8 mins   14
A une époque où la technologie repousse toujours un peu plus loin les possibilités à la prise de vue, le sténopé est un retour à l’origine de la photographie. Le sténopé reprend le principe de la camera obscura: littéralement « chambre noire » c’est une découverte marquante dans l’histoire de la photographie car c’est le premier dispositif inventé qui permet de faire apparaître une image en deux dimensions. En lui ajoutant un dispositif de capture de l’image: une surface photosensible on obtient le sténopé. On ne peut pas faire beaucoup plus basique. La lumière pénètre par un petit trou dans un espace clos et sombre, elle forme, sur la face opposée au trou, une image inversée de ce que l’on veut photographier. Il n’y a pas d’objectif, aucune lentille qui permet de faire converger les rayons de lumière. Si le trou n’est pas trop grand alors une image discernable peut se former: les différents éléments d’une scène apparaissent bien séparés. En fait le flou diminue à mesure que la dimension du trou se réduit. Au final on obtient une image qui est tout à fait utilisable. C’est la magie du sténopé !!! La prise de vue est très simple. Vous posez votre sténopé sur un support stable. Un bon trépied peut donc être utile. Ensuite vous mesurez le temps d’exposition à l’aide d’une cellule ou de votre smartphone. Enfin vous ouvrez et fermez le trou du sténopé le temps adéquate. Vous pourrez trouver de nombreux tutoriaux sur le net vous expliquant comment confectionner votre sténopé avec une boite de chocolat en poudre ou une boite de thé. En ce qui me concerne j’ai craqué sur un beau sténopé de chez Spiral Camera. C’est un très bel objet, réalisé artisanalement en bois de noyer, pratique et fiable à l'utilisation, tout en étant optimisé pour les meilleures images possibles. En effet le trou de 0,22 mm est réalisé au laser de très haute précision sur feuilles de laiton de 10 microns (0,01mm). La précision extrême de la découpe permet une calibration parfaite du trou, sans aucun effet d'épaisseur de bord. Le résultat est bluffant. J’ai choisi le modèle pour 6x6 utilisant le format 120 car je suis un amoureux du format carré. La longueur focale est équivalente à 32mm pour une ouverture d’environ f/150. On est loin des grandes ouvertures :-) Pour ce qui est des pellicules il y a une petite subtilité à connaitre : l’effet de non-réciprocité (ou l’effet schwarzschild). Il faut retenir que la plupart des pellicules sont faites pour être utilisées entre 1/1000s et 1s. Au delà il y a des corrections d’exposition à faire. Plus la pellicule est exposée, plus elle perd en sensibilité. Il faut donc appliquer un coefficient de correction pour compenser la perte de sensibilité. On trouve de nombreuses tables sur le net car cela dépend de la pellicule.