Aix-la-Chapelle : mise à jour avant les élections européennes ; Trump empêtré (#73)


Episode Artwork
1.0x
0% played 00:00 00:00
Jan 27 2019 65 mins   879

Aix-la-Chapelle : mise à jour avant les élections européennes :

Mardi 22 janvier dernier, le président français et la chancelière allemande ont signé le Traité d’Aix-la-Chapelle, 56 ans après la signature par le Général de Gaulle et le chancelier Adenauer du Traité de l’Élysée qui scella la réconciliation franco-allemande. Ce traité d’Aix-la-Chapelle avait été voulu par Emmanuel Macron dès le début de son quinquennat et annoncé, en septembre 2017, dans son discours de la Sorbonne qui plaçait l’Europe au cœur de son projet politique.

Le texte signé cette semaine ne contient pas de bouleversements majeurs mais plutôt un renforcement du partenariat franco-allemand. Y sont notamment inscrits : une coopération accrue dans le domaine de la défense et de l’économie avec l’objectif de former, à terme, une zone économique franco-allemande ainsi qu’un rapprochement des régions transfrontalières, les eurodistricts, pour la réalisation de projets en commun. Ce texte prévoit également des avancées dans de nouveaux domaines et une coopération dans le secteur du numérique, de l’intelligence artificielle et de la cyber-sécurité. 

En France, le contenu de ce traité a été publié le 15 janvier soit seulement une semaine avant sa ratification. Les réseaux sociaux se sont d’autant plus facilement fait l’écho de nombreuses fausses nouvelles, dont certaines, pour énormes qu’elles puissent paraître, comme l’annonce de la vente de l’Alsace Lorraine à l’Allemagne, ont réussi à parasiter le débat politique. En Allemagne, les adversaires du traité ont été bien moins virulents.

A quatre mois des élections européennes, Emmanuel Macron et Angela Merkel se sont montrés unis alors même que le jour de la ratification de ce traité, Matteo Salvini, ministre de l’intérieur italien, déclarait qu’il espérait que la France se débarrasse d’Emmanuel Macron : « un très mauvais président ».

*** 

Trump empêtré :

Dans la nuit du 11 au 12 janvier dernier, le 19ème arrêt des activités gouvernementales depuis 1976 est devenu le plus long government shutdown de l’histoire américaine, dépassant les vingt et un jours de blocage de l’ère Clinton en 1995-1996. Aucun compromis n’a pu être trouvé entre le président républicain qui réclame 5.7 milliards de dollars pour construire son mur antimigrants à la frontière avec le Mexique et les démocrates, opposés au projet qu’ils jugent « immoral, coûteux et inefficace ». Dès lors, ce sont 800.000 fonctionnaires fédéraux qui sont privés de leurs salaires et interdits d’activité, même bénévole depuis le 22 décembre dernier. Ironie de l’histoire, le coût du shutdown s’apprête à dépasser celui du mur à la frontière mexicaine.

Donald Trump a été contraint de reporter sine die le traditionnel discours sur l’état de l’Union prévu le 29 janvier et se trouve donc momentanément privé de cette occasion d’exposer au pays son bilan et sa vision de l’avenir. Deux amendements concurrents, l’un républicain, l’autre démocrate, ont été présenté ce jeudi au Sénat mais aucune issue ne semble immédiate. Cette semaine, les responsables politiques américains, retenus aux États-Unis par le shutdown de l’administration fédérale, ont laissé le champ libre à une centaine de participants chinois au forum économique de Davos alors que les rivalités commerciales sino-américaines dessinent le paysage géopolitique actuel.

Par ailleurs, jeudi 17 janvier, le site d’information américain BuzzFeed révélait que Donald Trump aurait encouragé son ancien avocat, Michael Cohen, à mentir lors de plusieurs audiences au Congrès sur ses affaires en Russie et la construction d’une Trump Tower à Moscou. Cela relance la question des liens entre le promoteur-candidat en campagne et les milieux politico-financier russes. Dès le vendredi matin, les démocrates ont annoncé le lancement d’une enquête parlementaire, tandis que le président rejetait ces accusations qui n’en alimentent pas moins les conjectures sur une procédure de destitution, impeachment.

Enfin une vingtaine de membres du gouvernement et de conseillers ont démissionné ou ont été limogés depuis janvier 2017, parmi lesquels le secrétaire à la Défense, James Mattis, deux conseillers à la Sécurité nationale, Michael Flynn et Herbert McMaster, deux secrétaires généraux de la Maison blanche, Reince Priebus et John Kelly sans oublier le Secrétaire à la Justice, le directeur de l’agence de protection de l’environnement et l’ambassadrice à l’ONU.