Radicalisation des rapports sociaux #110


Episode Artwork
1.0x
0% played 00:00 00:00
Oct 20 2019 61 mins   924

En 2013, le mouvement des Bonnets rouges, où se retrouvaient notamment des chauffeurs-routiers et des patrons transporteurs, la FDSEA, la CGPME et Force ouvrière obtient le retrait des mesures fiscales relatives à la pollution des véhicules de transport de marchandise. Ce mouvement au cours duquel 10 portiques « écotaxes » ont été détruits ou endommagés a abouti au retrait des mesures envisagées et à l’annonce par Jean-Marc Ayrault d’une réforme fiscale et d’un « Pacte d’avenir pour la Bretagne » dont le coût a été estimé à 2 milliards d’euros.

​  En 2016, Nuit debout occupe la place de la République à Paris et suscite des rassemblements semblables en province. Il a pour origine l’opposition à la loi Travail portée par Myriam El Khomri. Des blocages de raffineries et de dépôts de carburant sont organisées et la présence de casseurs conduit à l’intervention des forces de police à Paris, puis à une prise de position non-violente des organisateurs du rassemblement. Bien que le mouvement se soit éteint de lui-même au bout de deux mois, il est analysé par le sociologue Albert Ogien comme « une forme d’action politique hors parti, sans syndicats et sans chef devenue une forme reconnue d’action politique qui dit « entre citoyens, on discute de ce qu’il faut faire ».

     En 2016, l’occupation des terrains prévus pour la construction d’un aéroport à Notre Dame des Landes aboutit à l’organisation d’un referendum local qui approuve les travaux par 55% des voix, mais, malgré la validation de ces travaux par la justice, le projet est abandonné en 2018. 

      En 2018, la mobilisation des gilets jaunes contre l’augmentation du prix des carburants se traduit par des blocages de routes et de ronds-points et par des manifestations à Paris souvent marquées par des destructions et des affrontements avec la police dont l’action, qui se traduit par de nombreux blessés, fait l’objet de nombreuses critiques, tandis que sont dénoncées les incohérences ou l’outrance des revendications et de certains leaders. Organisé sur les réseaux sociaux ce mouvementmassivement soutenu par l’opinion et qui n’a pas rassemblé plus de 300.000 participants, développe des revendications sociales et politiques, notamment sur le referendum d’initiative citoyenne. Il obtient que le renoncement à la hausse de la TICPE (Taxe intérieure sur la consommation de produits pétroliers), l’organisation d’un Grand débat national sur la transition écologique, la fiscalité, la citoyenneté et l’organisation de l’État et des services publics, et le vote d’une loi portant mesures d’urgence économiques et sociales dont le coût est évalué à 10,3 milliards d’euros et entraine une augmentation du déficit budgétaire qui passe de 2,8 à 3,2 du PIB.