Sexe mensonges et vidéotape / Les désaccords de Munich / n°128


Episode Artwork
1.0x
0% played 00:00 00:00
Feb 23 2020 64 mins   987

SEXE MENSONGES ET VIDÉOTAPE


Le 14 février, le candidat de la République en marche pour les élections municipales à Paris, Benjamin Grivaux jette l’éponge, après la diffusion sur le web de deux vidéos privées à caractère sexuel. Le 16, la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn quitte le gouvernement pour le remplacer. L’opposition accuse le Président de la République de faire primer la conquête de Paris sur la bonne marche du pays, au moment où la planète fait face à une épidémie de coronavirus aux conséquences incertaines tandis que la France est confrontée à la crise de l’hôpital et à la réforme des retraites. 

La bataille des municipales à Paris va voir s’affronter trois femmes : la maire PS sortante, Anne Hidalgo, la maire du 7e arrondissement Rachida Dati pour Les Républicains et désormais Agnès Buzyn pour la République en marche.

La classe politique a unanimement condamné la diffusion des vidéos et mis en garde contre les dangers que cette séquence recelait pour la démocratie. D’Anne Hidalgo à Jean-Luc Mélenchon, en passant par le dissident ex-LRM Cédric Villani, tous ont critiqué les méthodes « indignes » de ceux qui ont publié et participé à la propagation de ces contenus et appelé au « respect de la vie privé ». Pour le président les Républicains du Sénat, Gérard Larcher, « il est grand temps de réguler les torrents de boue qui se déversent sur les réseaux sociaux ». La diffusion des images doit « évidemment être poursuivie », a insisté le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, en référence au délit de pornodivulgation, passible de deux ans de prison et de 60 000 euros d’amende.

Piotr Pavlenski performeur russe réfugié politique en France et Alexandra de Taddeo, destinataire de la vidéo tournée par Benjamin Griveaux et aujourd’hui proche de l’activiste russe ont été mis en examen pour "atteinte à l'intimité de la vie privée" et "diffusion sans l'accord de la personne d'un enregistrement portant sur des paroles ou images à caractère sexuel et obtenues avec son consentement ou par elle-même".


***


LES DÉSACCORDS DE MUNICH


Souvent décrite comme « le Davos de la Défense », la 56e conférence de Munich sur la sécurité a réuni chefs d’Etat et diplomates du 14 au 16 avril, sur lethème de « Westlessness » comprendre « la fin ou la disparition de l’Occident », qui résumait bien l’état d’esprit d’une grande partie des participants. Dans le contexte d’une relation transatlantique dégradée, et alors que les Britanniques étaient absents cette année, deux semaines après le Brexit, plusieurs dirigeants européens en ont profité pour appeler à un sursaut européen.

En ouverture, le président de la République fédérale, Frank-Walter Steinmeir, a répondu positivement à l’appel du chef de l’Etat français, lancé au début du mois lors d’un discours à l’École de guerre, appel en faveur d’« un dialogue stratégique avec nos partenaires européens qui y sont prêts sur le rôle de la dissuasion nucléaire française dans notre sécurité collective ».

Estimant qu’« il y a un affaiblissement de l’Occident, et une politique américaine qui est celle du repli relatif, en tout cas qui reconsidère sa relation avec l’Europe », Emmanuel Macron a exhorté les Allemands à « aller plus vite et plus fort » pour relancer « l’aventure européenne ». Il a soutenu que l’Europe doit réengager un « dialogue avec la Russie » sur les conflits gelés, le cyberespace et la maîtrise des armements, et il a indiqué : « Je ne suis pas pro-russe, je ne suis pas antirusse, je suis pro-européen ». 

Le secrétaire d’État américain, Mike Pompeo s’est montré optimiste sur le destin de l’Occident, affirmant « l’Ouest gagne et nous gagnons ensemble ». La Chine a concentré le flot de critiques américaines. Mike Pompeo a accusé la firme chinoise Huawei, qui a pour ambition de développer en Europe la 5G,d’agir comme « un cheval de Troie pour le renseignement chinois ». Le Royaume-Uni a ouvert un accès limité à Huawei et plusieurs pays européens semblent prêts à adopter la même position que Londres. Le secrétaire américain à la Défense, Mark Esper s’est même fait menaçant, laissant entendre que les divergences transatlantiques sur Huawei risquaient de « compromettre l’Alliance la plus efficace de l’histoire : l’Otan ».

Pour le ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, « ces accusations américaines sont de purs mensonges basés sur aucun faits ». Le président du parlement allemand, Wolfgang Schäuble a déclaré pour sa part : « Nous sommes d’accord avec les Américains. Mais la liberté a besoin de diversité. Nous ne voulons dépendre ni de Shenzhen, sous contrôle de l’Étatchinois, ni de la Silicon Valley. L’Europe doit trouver sa propre voie ».