ASpaceMR

Nov 20 2020 47 mins 293

Contes, légendes et faits scientifiques se rencontrent dans cette ballade spatiale écrite, racontée et mise en musique pour vous reposer et pourquoi pas vous endormir. Nul besoin d'être féru d'astronomie ou de sciences, laissez-vous simplement guider.







Premières observations
May 24 2019 14 mins  
## Texte de l'épisode ### Introduction Salut ! Si tu as lancé la lecture, c’est parce que tu veux te détendre ou peut-être que tu n’arrives pas à t’endormir… alors on va se mettre en condition tout d’abord. Idéalement, allonge-toi confortablement, n’hésite pas à bouger si besoin mais surtout garde les yeux fermés. Installé ? parfait. on va faire une respiration calme, toujours les yeux fermés. Inspire... Expire... On va planter le décor ensemble, je te guide et toi tu crées le monde autour de toi. Imagine toi au sommet d’une colline. C’est la plus haute des environs. Autour de toi, que de la verdure, et en contre-bas un paysage vert et vallonné Au loin un village dont tu aperçois à peine quelques fenêtres allumées. Le soleil s’est couché depuis quelques heures maintenant, la nuit est douce, calme, il fait bon et tu es seul, bercé par les bruits rassurants de la nuit. Essaye d’imaginer les odeurs des plantes autour de toi. Avec l’humidité de la nuit, les plantes diffusent un parfum agréable. Profitons-en un instant… On est bien ici, non ? On va profiter ensemble de ce moment de détente pour voyager dans l’espace, je vais te raconter tout ce que je sais sur l’univers et te conter quelques légendes plus ou moins connues. Si tu t’endors, tant mieux, mais dans tous les cas je te promets que tu ne vas pas t'ennuyer et que tu vas pouvoir te vider un peu l'esprit de tout le stress de la vie. Tu verras, l’espace c’est fascinant. Oh, on ne va pas rentrer dans des détails techniques complexes, non. Pas besoin d’être un scientifique pour apprécier le grandiose. Peut-être as-tu peur de casser la magie apprenant ce qu’il y a dans le ciel ? Je te promets qu’au contraire, je n’ai jamais trouvé ça plus féerique que depuis que j’ai appris tout ce que je vais te transmettre. On passe de trouver le ciel magnifique à … non je n’ai pas de mot. Et tu n’en auras pas non plus, mais tu auras des étoiles dans les yeux. En plus, je me doute que tu as plein de questions dont tu ignorais complètement la réponse, voir même, des aspects du ciel dont tu ne t’es jamais douté. Alors laisse-toi juste guider par ma voix, on part en voyage. ### Posons les bases Tu es toujours sur ta colline, hein ? Parfait. Lève les yeux vers le ciel et admire les étoiles au-dessus de toi. Comme on est loin de la pollution lumineuse de la ville, le ciel ne t’a jamais paru aussi rempli d’étoiles. Le contraste est saisissant. un fond de ciel plus noir que jamais et des étoiles plus nombreuses que tu ne pourrait en compter. Comme tu es en hauteur, le ciel s’étend jusqu’à l’horizon tout autour de toi et forme cette coupole scintillante. Combien d’étoiles penses-tu voir ? Des milliards ? des millions ? Les bons logiciels d'astronomie amateur recensent dans notre ciel environ 10.000 étoiles « visibles à l'œil nu ». Mais les estimations du nombre d'étoiles que l'on peut distinguer, depuis chacun des hémisphères de notre planète et sans utiliser d'instrument, tournent plutôt autour de 3.000. Ce qui n’est qu’une infime partie des 200 milliards d'étoiles que contient notre galaxie, la Voie lactée. Et ne parlons même pas du million de milliards de milliards qui sont censées peupler notre univers ! Est-ce que tu sais qu’il n’y a pas que des étoiles dans le ciel ? De la même manière que l’on dit que tout ce qui brille n’est pas de l’or, tout ce que tu vois dans ce ciel et qui brille n’est pas une étoile. Enfin, étymologiquement, si, puisque étoile vient de stella, qui désigne ce qui brille. Mais d’un point de vue astronomique, ce n’est pas parce que c’est dans le ciel et que ça brille, que ça veut forcément dire que c’est une étoile. Déjà, si tu vois une étoile filante, fais un vœux, mais sache que cela n’a rien à voir avec une étoile. ### Les étoiles Mais c’est quoi une étoile, au juste, astronomiquement parlant ? Les étoiles, c’est des corps céleste plasmatique qui rayonnent leur propre lumière par réactions de fusion nucléaire. En des ter



La Lune
May 31 2019 15 mins  
## Texte de l'épisode Avec les étoiles, les planètes, les étoiles filantes, le satellites et les avions, On a à peu près listé tout ce que l’on peut apercevoir dans le ciel… sauf son objet le plus visible et le plus facile à apprécier : La lune, compagne fidèle de la Terre, symbole de la nuit. ### Généralités Qu’est-ce que c’est exactement ? D’où vient-elle et pourquoi ne voit-on pas son côté obscur ? Alors déjà un premier point : il n’existe pas de côté obscur de la lune. Il y a un côté qui nous est impossible à voir depuis la Terre, mais le côté opposé est autant éclairé que celui qui nous fait face. Lorsque la lune nous présente un fin croissant, c’est d’ailleurs précisément parce que c’est l’autre côté qui est majoritairement éclairé. Mais alors pourquoi la lune ne semble pas tourner sur elle-même ? C’est tout simplement parce que pour chaque rotation autour de la Terre, elle effectue aussi exactement un tour sur elle-même. Mais cela n’a pas toujours été le cas. C’est un phénomène qui a mis des milliards d’années à se produire, petit à petit. et cela est lié aux marées. Vous savez que c’est la lune qui est responsable des marées ? Son attraction, sa gravité, imperceptible pour nous, lorsqu’elle est appliquée sur toute l’eau des océans, tire l’eau en direction de la Lune et en faire monter le niveau. En réalité, elle n’attire pas que l’eau, mais déplacer un liquide demande bien moins de force que, par exemple, la croûte terrestre. Et bien, il faut savoir que la Terre crée aussi des marées sur la Lune. Forcément, comme il n’y a pas d’océans, il n’y a pas de niveau d’eau qui monte, mais la surface de la Lune est un peu plus bombée du côté de la Terre. Lorsqu’elle tournait plus vite sur elle-même, cette bosse se déplaçait tout autour de la Lune. Cette bosse, avec la rotation de la lune, avait toujours un petit décalage qui tirait légèrement la lune dans le sens inverse de sa rotation, et cela a fini par bloquer la Lune dans une certaine orientation par rapport à la Terre. Alors, oui, il y a aussi le même phénomène qui se produit au niveau de la Terre. Sa rotation est aussi ralentie par la Lune, mais sa masse est telle que la Lune ne sera probablement jamais bloquée dans le ciel… en tout cas, pas avant que le Soleil ne s’éteigne. ### Origine Mais d’où vient-elle la Lune ? Est-ce une planète capturée par la Terre lors de la formation du système solaire et qui s’est mise à tourner autour d’elle ? En partie, oui, mais en bien plus violent. Suite aux missions Apollo, et à l’analyse des roches rapportées de la Lune, on s’est aperçu qu’il s’agissait de roches similaires à celles présentes sur Terre. Si nous n’avons pas de réponse définitive, nous avons néanmoins une théorie qui fait consensus au sein de la communauté scientifique. Il y a 4,5 milliards d'années, lorsque le système solaire était toujours en train de se former, et environ 100 millions d'années après la formation de la Terre, la poussière de la nébuleuse originelle avait presque fini de s’agglomérer en planètes. Mais il y a avait une planète naine, Théia, un peu plus petite que la Terre, presque de la taille de Mars, soit 6 500 kilomètres de diamètre, qui avait une orbite très proche de celle de la Terre. A force de se frôler, la gravité les a attirées l’une vers l’autre et elles se sont percutées à 40 000 kilomètres par heure. De cet impact titanesque, il reste deux aspects encore présents aujourd’hui : l’inclinaison de l’axe de rotation de la Terre à l’origine des saisons et bien sûr... la Lune ! Lors de la collision, des tonnes et des tonnes de matière ont été éjectées du cratère. La Terre était heureusement à peine formée, était encore une boule de magma en fusion et elle a vite retrouvée sa forme sphérique. Cette matière éjectée est en partie retombée et continue de former notre planète, mais une quantité importante est restée en rotation autour de la Terre. Pendant cette période, la Terre avait donc un anneau roches et de poussières. Imagi


Le couvercle de la Terre
Jun 07 2019 23 mins  
## Texte de l'épisode Éclairé par la lumière de la Lune, le paysage autour de toi semble comme endormi. les lumières du village en contrebas se sont toutes éteintes. Pour avoir la meilleure visibilité possible sur la voûte céleste, imaginons que nous sommes lors d’une nuit sans Lune. Un petit peu de concentration, hop, on l’enlève et on peut admirer encore mieux les étoiles. Il ne reste plus au-dessus de toi que ce dôme brillant, ce couvercle de la Terre, comme le nommaient les anciens. ### La voûte céleste Tu sais que les étoiles bougent dans le ciel tout au long de la nuit ? En tout cas elles donnent l’illusion de bouger. Certaines se lèvent à l’est et se couchent à l’ouest comme le Soleil semble le faire aussi, d’autres étoiles ne se couchent jamais et semblent tourner, proche du zénith, en direction du Nord, autour d’une étoile fixe. De la même manière que le Soleil ne bouge pas vraiment, là aussi c’est la rotation de la Terre qui est à l’origine de ce ballet féérique. La voûte céleste a toujours fasciné l’espèce curieuse que nous sommes. Et en l'absence de réponse, comme souvent, l’humanité a comblé les manques avec des histoires ou des contes. Pour les Esquimaux, la terre et le ciel étaient jadis un ensemble unique qui s’est un jour détaché et les âmes servent de lien entre la voûte céleste et la terre. Pour les Gaulois, il s’agissait d’un plafond troué qui menaçait de se lézarder et de tomber sur leur tête. Pour les amérindiens, la voûte céleste a une origine bien particulière : Suite à la création de la Grande Île sur le dos de la Grande Tortue (la terre, hein), les animaux, réunis en conseil, décidèrent qu’il fallait plus de lumière. Ils chargèrent alors la Petite Tortue de trouver une solution à ce problème de ténèbres. Ingénieuse, la Petite Tortue saisit de grands éclairs et elle en fabriqua un grand feu qu’elle fixa dans le ciel. Ainsi fut créé le Soleil. Rapidement, le conseil se rendit compte que toutes les parties de la Grande Île n’étaient pas bien éclairées. Après intense réflexion, le conseil décida de donner un mouvement au Soleil. La Tortue des marais fut chargée de creuser un trou de part en part de la Grande Île de façon à ce que le Soleil puisse faire une rotation complète autour de la Grande Île, donnant ainsi une alternance de lumière et d’obscurité. Ainsi furent créés le jour et la nuit. Dans le but d’éviter l’obscurité totale, lors de la rotation du Soleil, la Petite Tortue fut mandatée pour trouver un substitut au Soleil afin d’éclairer la nuit. Elle créa donc la Lune qui devint la douce compagne du Soleil. Le Soleil et la Lune eurent de nombreux enfants, les Étoiles, qui sont dotés de vie et d’esprit comme leurs parents. En souvenir de sa participation à la création des astres, la Petite Tortue fut nommée Gardienne du Ciel. ### La voie lactée Regarde attentivement le ciel : tu devrais vois comme un nuage lumineux qui barre le ciel d’un côté de la coupole céleste à l’autre. Ce nuage, c’est notre galaxie, la Voie Lactée. ça ne ressemble pas à ce qu’on imaginer d’une galaxie, ces spirales lumineuses qu’on a tous vu une fois. Pourquoi ? Parce qu’on est dedans et qu’on la regarde de côté. Ce qu’on voit, c’est sa tranche. Les peuples du Nord la surnomment “le chemin des oiseaux” car c’est le chemin qu’ils semblent prendre pour rejoindre les pays chauds Pour les Tatars, peuple nomade à l’est de l’Europe, la voie lactée est la couture de la yourte que représente pour eux le ciel, et les étoiles sont autant de petits trous laissant passer la lumière. Il existe bien des mythes et des légendes sur ce bandeau féérique. Mais pourquoi la voie lactée ? Nous tenons ça des grecs et de leur mythologie. D’ailleurs tout le ciel est rempli de mythologie grecque. Il existe non pas une mais deux légendes sur l’origine de la voie lactée : La première fait appel au demi-dieu Héraclès. (oui c’est hercules) Un jour, alors qu'il était enfant, il fut placé sur le sein d'Héra endormie. Malh


Au-delà des nuages
Jun 14 2019 26 mins  
## Texte de l'épisode ### Un peu de hauteur La nuit est toujours aussi douce en haut de ta colline. Les yeux perdus dans la voûte céleste, tu es comme hypnotisé par toutes ces étoiles, qui te paraissent un peu plus familière chaque fois que tu les regarde. Ce ciel est devenu “ton ciel” maintenant. Les étoiles deviennent un peu ton troupeau, et tu les observes avec tendresse comme le ferait un berger. Tu aimeras les voir de plus près, voyager au milieu de cet amas de lumières. Alors allonge toi, respire profondément. *inspire expire* On a besoin d’une destination, alors remettons la Lune, visons-la et commençons notre ascension. Je t’annonce, on part pour un sacré voyage. 3, 2, 1, on commence à l’élever dans les airs, et tu sens la vitesse croître doucement 1m, 5m, 10m, 50m, Jette un oeil en arrière et regarde le sol s’éloigner. 100m, 200m 300 m, on vient de passer la taille de la tour eiffel, le sol commence à ressembler à une maquette ou aux vues aériennes des sites comme Google Map. 830m, la taille du burj khalifa, on est désormais plus haut que le plus grand édifice construit par l’homme. 5 km, la taille du Mont Blanc 10 kilomètres au-dessus du sol, au-dessus de la plupart des nuages, c’est l’altitude d’un avion de ligne, c’est à peu près la taille du Mont Everest, la montagne la plus haute de la Terre. Si ça te parait grand, dis toi que si la Terre était une sphère parfaite, de la taille d’un ballon de basket, le mont Everest serait quasi indiscernable, 2 dixièmes de millimètre. Ce serait de l’ordre d’un grain de sable. On continue à monter : De 10 à 50 kilomètres au-dessus de la surface, c’est l’altitude des avions supersoniques, des ballons sondes et de la couche d’ozone. On n’a jamais encore volé plus haut sans un engin spatial. Lorsque Felix Baumgartner a “sauté depuis l’espace”, il a sauté de cette partie-là, à 40 km au-dessus du sol. Tu verras qu’en réalité c’est assez loin de l’espace. Au-dessus de ces 50 km, c’est là que commencent les choses sérieuses, on rencontre les aurores boréales et les météorites, les fameuses étoiles filantes. Très peu d’humains ont atteint ou dépassé cette altitude. Pourtant, au sol, cela parait tellement peu 50km... C’est souvent un aller-retour à la ville d’à côté. De cette hauteur tu peux presque voir toute la France. 100 km d’altitude, félicitations, tu es officiellement un astronaute. En effet, tu as dépassé la ligne de Kármán, cette frontière arbitraire qui désigne la limite entre l'atmosphère terrestre et l’espace. Elle est arbitraire parce que les effets de l’atmosphère se font en réalité sentir bien plus loin. Le physicien hongro-américain, Theodore von Kármán proposa cet valeur car quelle que soit l’aéronef, il ne pourra plus utiliser l’air pour voler au-delà de cette hauteur. Elle désigne donc plutôt une frontière entre aéronautique et astronautique. Il n’y a pas vraiment de ligne bien définie entre la Terre et l’espace. Les gaz sont simplement de moins en moins présent, de manière très graduelle. Dans le cas d’une rentrée dans l’atmosphère d’une capsule spatiale, par exemple, on considère qu’il n’y a plus d’action notable à partir de 120km d’altitude. 120 km, cela paraît déjà un peu plus conséquent : une heure de conduite sur autoroute, 400 tours Eiffel. Mais à l’échelle de la Terre, ce cocon protecteur ne représente qu’il filme ténu. Si on reprend l’exemple du ballon de basket, l’épaisseur de l’atmosphère serait de 2,3 mm environ. Ce n’est rien du tout. La station spatiale internationale est à 400 km de la terre, ce qui veut dire qu’elle est encore soumise à des frottements, ténus, certes, mais suffisamment pour la ralentir de manière significative et nécessite d’être régulièrement rehaussée, re-propulsée. Il faut monter jusqu’à plus de 500 km, ou un centimètre sur notre ballon, pour considérer être complètement hors de toute influence atmosphérique. Imagine un humain, à plus de 400 km de tout autre présence h


Au-delà de notre système solaire
Jun 21 2019 32 mins  
## Texte de l'épisode Si les années lumières t’ont donné le tournis, je te préviens que ce que je vais te décrire maintenant va te faire sentir encore plus petit. Je te propose de changer de décors. Quittons la colline, et télé-portons-nous sur une plage isolée, couverte de sable fin, une nuit où la mer est calme. Assieds-toi dans ce sable doux. D’ici le spectacle est doublement saisissant, Au-dessus de toi le dôme étoilé barré par la Voie Lactée et, à la surface de l’eau calme, le reflet diffus qui crée une lueur fantomatique. Imagine plonger ta main dans le sable sec. Sous une surface à température ambiante, il est encore un peu tiède quelque centimètres au-dessous. Prends-en une poignée et ouvre ta main pour laisser les grains s’écouler entre tes doigts. Pendant que tu te détends à faire ça, dans ce nouveau décors si agréable, je vais te parler des galaxies. ###Galaxies Lorsque l’on quitte le système solaire, dépassant le nuage d’Oort qui nous entoure, malgré le rayon gigantesque d’une année lumière et demi, nous n’avons parcouru qu’une distance très négligeable à l’échelle du cosmos. Car le système solaire n’est qu’un élément de notre galaxie, le soleil n’est que l’une des 200 milliards d’étoiles de la Voie Lactée. Si tu veux les compter une par une, à raison d’une seconde par étoile, il te faudrait plus de 6300 ans pour le faire. C’est tellement grand comme chiffre que nous allons ensemble, mentalement, devoir faire une maquette pour ramener tout ça à une échelle un peu plus compréhensible… Lorsque tu prends une poignée de sable, tu as dans la main environ 500 000 de ses grains. Prends donc une poignée de sable dans chaque main, tu es millionnaire… en grains de sable. Avec un cube d’un mètre de côté fait avec du sable de plage, on réunit 100 milliards de grains de sable. La voie lactée, avec 200 milliards d’étoiles, c’est donc 2 cubes de sable. La galaxie d’Andromède, la plus proche de nous avec son billion d’étoiles (1000 milliards) c’est 10 cubes de sable. L’univers, quand à lui, est composé d’autant d’étoiles que de grains de sables sur le milliard de kilomètres de côtes présentes sur Terre. Mais c’est quoi une galaxie en fait ? Une galaxie est un assemblage d'étoiles, de gaz, de poussières gravitant autour d’un centre hyper massif. Mais c’est surtout beaucoup, beaucoup de vide entre chacun des éléments, comme le reste de l'univers d’ailleurs. Si l’on voulait créer une maquette de notre galaxie avec les grains de sable (0.05mm) représentant chacun la taille d’une étoile moyenne comme notre soleil, - Neptune se trouverait à 33cm de notre étoile- grain de sable, - la ceinture de Kuiper, qui contient pluton, serait à 1m de distance. - le nuage d’Oort représente alors une sphère creuse allant de 100m à 500m de diamètre - Proxima du Centaure, l’étoile la plus proche du Soleil serait un autre grain de sable situé à 1,4km du premier. (Si tu es toujours assis dans le sable, c’est à peu près la moitié de la distance entre toi et l’horizon.) Entre notre système solaire et celui de proxima du centaure, c’est le vide interstellaire, le vide entre les étoiles. Quelques particules par mètre cube tout au plus. Cela fait beaucoup de vide. Nos 2m3 de sable devraient alors être répartis, si l’on voulait créer une maquette de la voie lactée à l’échelle, sur un disque de diamètre de 36000 kilomètres. C’est 3 fois le diamètre de la Terre. C’est grand, c’est très très grand tout ça. Et ce n’est qu’une seule galaxie. La galaxie d’Andromède serait, toujours à cette échelle, à une distance égale à 21 fois le diamètre de la Terre. Tu te sens pas tout petit ? Cela remet en perspective les choses, non ? Carl Sagan est un astronome américain, surtout connu pour ses œuvres de vulgarisation scientifique et aussi pour son soutien au SETI, qui cherche des signaux extraterrestres. Il commenta une photo prise en 1990 par la sonde Voyager 1, alors qu’elle se trouvait à plus de 6 milliards de kilomètres de la Terre


La danse des corps célestes
Jul 05 2019 27 mins  
## Texte de l'épisode Toujours allongé sur ta plage ? Profite-en pour sentir le sable qui s’écrase sous ton poids, au niveau de ta tête, de tes épaules, de ton dos, de tes jambes, de tes talons. Sent cette force qui te plaque au sol et te retiens de plonger dans cet océan infini d’étoiles. ### La gravité Il faut que je te parle un peu de la gravité et surtout de son origine. Car c’est important, notamment pour comprendre la danse des corps célestes. Mais un tout petit point d’abord sur les dimensions, car étonnamment c’est lié. Un point géométrique c’est la dimension 0. Il n’a aucune taille, aucune dimension. 2 points forment une ligne, qui a une longueur, une dimension. 3 points forment un plan, avec une longueur et une largeur, 2 dimensions. Nous, les humains, avons l’habitude de penser que le monde se résume dans les 3 dimensions que nous connaissons. Longueur, largeur, hauteur ou épaisseur. Pour les plus malins, nous voyageons aussi malgré nous dans une 4e dimension, le temps, dimension sur laquelle nous n’avons pas le contrôle. En réalité on utilise bien les 4 dimensions au quotidien. Lorsque nous prenons rendez-vous, nous nous accordons sur une adresse, donc des coordonnées en 2 dimensions, un étage, 3e dimension, mais aussi une heure, 4e dimension. Mais en réalité il y en a bien plus, on ne sait pas combien exactement. 10, 26 ? La science n’a pas apporté de réponse définitive sur le sujet. Nous ne sommes donc pas beaucoup plus forts qu’un être 2D qui ne peut comprendre notre univers en 3D. Si l’on déforme un plan en 2 dimension, et que l’on ne connaît pas la 3e dimension, il se passe alors des choses incroyables. Une feuille de journal dont on fait toucher les coins, c’est la possibilité pour notre être 2D, de se télétransporter d’une extrémité à l’autre du plan, de manière instantanée. Sorcellerie que voilà ! Alors telle une échelle de distance réduite, on va réduire le nombre de dimensions pour pouvoir s’imaginer la gravité. On va garder l’image de la surface du ballon gonflable comme bon moyen de visualiser l’espace-temps, le canevas de l’univers qui réunit donc en 2D les 4 dimensions que l’on connaît. Pour éviter que tu gardes trop en tête la vision, certes confortable, de l’univers qui boucle sur lui-même, on va imaginer le ballon infiniment grand, tellement grand qu’on dirait une surface plane. Comme pour la Terre qui paraît plate quand on est au sol. Pareil, sauf que là c’est une sphère infiniment grande… donc il est impossible de retourner au même endroit. C’est bon ? Tu as donc face à toi une surface infinie, plate, élastique au toucher. Imagine maintenant que tu y places un oeuf, la surface s’enfonce là où tu as déposé l’oeuf et forme un creux qui s’étend quelques dizaines de centimètres tout autour. Si tu y mets maintenant une boule de pétanque, un peu plus grosse, mais surtout bien plus dense, la courbure de la surface est bien plus grande. Cet effet, cette courbure de la surface qui dépend de la masse de l’objet posé dessus, c’est exactement le fonctionnement de la gravité. Laisse donc la boule de pétanque sur la surface et pose une bille un peu plus loin. Si la bille est hors du creux de la boule de pétanque, rien ne se passe. Si par contre, la bille est posée quelque part dans le creux, elle va rouler jusqu’à atteindre la boule de pétanque. La masse d’un corps déforme l’espace-temps, créant ce creux capable d’attirer les objets les uns contre les autres. Alors non, n’imagine pas voir un jour des entonnoirs dans le ciel, je te rappelle qu’il s’agit ici d’une représentation simplifiée dans laquelle on a retiré des dimensions pour que cela soit imaginable par nos esprits limités. Avec cette image en tête, je vais pouvoir t’expliquer pourquoi, quand on a vu les différentes orbites, plus on était loin, moins on tournait vite autour de la Terre. Imagine maintenant que cette bille, au lieu de la poser dans le cône, tu lui donnes un petit élan. Elle ne va pas tomber droit au fond



La fin des temps
Jul 12 2019 31 mins  
## Texte de l'épisode Seul sur ta plage à l’odeur doucement iodée, avec le ciel qui éclaire les timides vagues de cette mer calme, tu es comme hors du temps. Tu regardes au loin, hypnotisé par ces ondulations étoilées venant du large qui s’échouent à tes pieds. Un tel calme, une telle beauté. On a l’impression que cela a toujours été, et sera ainsi à tout jamais. Mais on a vu ensemble comment l’univers a débuté, comment une galaxie se forme, comment une étoile naît et comment la Terre et la Lune se sont créées. Et comme tout ce qui est naît, un jour tout cela doit disparaître. Il faut bien permettre la naissances d’autres étoiles et d’autres planètes. Tout cela, tout ce que tu sens, vois, entends , aura un jour une fin. Rassure-toi, nous ne connaîtrons jamais ces moments, ni nos enfants ni leurs enfants, ni leurs arrières arrière petits-enfants. Si je te dit que le Soleil, et donc la Terre, sont à la moitié de leur vie, cela peut paraître inquiétant. Mais c’est parce que le temps à l’échelle de l’Univers est d’un ordre de grandeur si gigantesque que nous sommes dans l’impossibilité de pleinement intégrer ce que cela représente. La Terre date d’il y a 4.5 milliards d’années. L’âge de l’humanité, si l’on prend en compte le plus ancien ancêtre, l’homo habilis, date d’il y a seulement 2,8 millions d'années. La Terre est donc mille fois et demi plus vieille que l’humanité. Même présenté comme cela, ces durées sont difficilement compréhensibles alors je vais essayer de te donner une idée en ramenant tout ça à des durées plus humaines. Une vie humaine c’est autour de 80 ans, arrondissons ça à 100 ans, pour en simplifier le calcul. Imaginons que cette existence s’écoule désormais en 1 seule seconde. 1, naissance 2, décès 1, naissance 2, décès 1, naissance 2, décès A cette échelle : la révolution française c’était il y a 2 secondes et 3 dixièmes. les grecs nommaient les constellations il y a environ 25 secondes, les égyptiens construisaient les pyramides il y a 45 secondes. L’humanité, quant à elle, a démarré il y a 7h46 minutes et 40 secondes, la fin des dinosaures, c’était il y a une semaine et demi, l’apparition de la vie, il y a environ 1 ans, 1 mois et quelques jours la Terre a été créée il y a environ 1 an, 5 mois et une semaine le soleil, lui, il y a 1 an, 5 mois et deux semaines l’univers quand à lui est apparu il y a 4 ans et 4 mois Voilà des durées que l’on est mieux en mesure de comparer entre elles, même si la portée réelle de ce qu’elles représentent nous dépassent encore un peu. Mais cela permet déjà de remarquer que la formation de la Terre a été quasiment immédiate un mois, à notre échelle, après la création de notre étoile. De même, la vie est apparue, toujours à notre échelle, 4 mois après la formation de la Terre. À défaut de prouver que la vie est quelque chose de répandue dans l'univers, c'est en tout cas le signe que dans de bonnes conditions, elle se développe de manière suffisamment importante pour que nous en ayons détecté les vestiges, à notre époque. Lorsque les conditions sont réunies :température, eau liquide, etc, Il n'est donc pas impossible que la vie soit en fait quelque chose de répandu dans l’univers, Quand je parle de vie, je ne parle pas forcément de forme de vies intelligentes capables de conquête spatiale. Je parle de cellules, ou d’êtres peu complexes. Pour le reste, il est difficile de s’avancer, de tirer des conclusions puisque nous n’avons qu’un cas à notre disposition pour en étudier les principes, le nôtre. ### Fin du système solaire Abordons, si tu le veux bien, la fin de la Terre. Le destin de la Terre est, comme il l’a toujours été, lié à celui du Soleil La mort du soleil est prévue donc pour dans 5.4 milliards d’années, soit 1 an et 8 mois, avec notre échelle. Notre soleil est, depuis sa création, le lieu d’une lutte constante entre l’explosion permanente due à la fusion, qui a tendance à vouloir faire gonfler le soleil, comme toute explo


Acte 1 : De la Terre à l'Univers
Aug 30 2019 165 mins  
Cet épisode est une version complète et remasterisée de tous les épisodes de l'acte 1 Si vous préférez une version vidéo, elle est disponible ici : [Téléchargement](https://podshows.download/ASpaceMR/ASpaceMR-Acte-1-De-la-Terre-a-L-Univers.mp4) ou [Streaming sur Facebook](https://t.co/3SYukipvdI?amp=1) ## Une co-production de - **[Phil_Goud](https://twitter.com/Phil_Goud)** : Texte et narration - **[Redscape](https://twitter.com/r_redscape)** : Mise en musique et mixage *Générique : “Euphotic” Carbon Based Lifeforms (Interloper) 2010 Ultimae Records, 2015 Blood Music (remastered)* *Voix du générique : [Karine](https://twitter.com/kikrine)* *Voix de Carl Sagan : [Quenton] (https://twitter.com/Quenton)* ## Chapitres et contenus ### Introduction (00:00:00) ### Premières observations (00:03:38) - Posons les bases - Les étoiles - Les planètes - Les étoiles filantes - Flash iridium, ISS et avions ### La Lune (00:14:05) - Généralités - Origine - Légendes sur la Lune ### Le couvercle de la Terre (00:29:53) - Voûte céleste - La voie lactée - Les ours polaires (Grande Ourse/petite ourse) - L’étoile polaire ### Au-delà des nuages (00:51:40) - Un peu de hauteur - Distances lumières ### Au-delà de notre système solaire (01:15:12) - Galaxie - Mais c’est quoi une galaxie en fait ? - D’ailleurs, pourquoi il y a des galaxies ? - Matière noire - Amas de galaxie - Univers observable, univers visible ### La danse des corps célestes (1:43:38) - La gravité - Trous noirs : ces billes hyper-massives - En impesanteur ### La fin des temps (2:09:25) - Fin du système solaire - La vie de l’Univers - Le néant originel - Le Big Bang - La fin de l’Univers - Conclusion Acte 1 ## Crédits musiques Playlist Spotify : https://open.spotify.com/playlist/31GYYwJnI0MivT8KwAql0Z - “Euphotic” Carbon Based Lifeforms (Interloper) 2010 Ultimae Records - “10” bvdub (Yours Are Stories Of Sadness) 2016 Self Released - “Morning Drops - Part 1” I AWAKE feat. BJÖRN BERGLUND (Mahiane - Oxycanta III) 2013 Ultimae Records - “Beyond Infinite” Ocoeur (A Parallel Life) 2014 n5MD Records - “Drowning In Darkness” T-N (V/A Snowflakes IV) Raumklaug Music - “Golden Times I” Ben Lukas Boysen (Golden Times I EP) Erased Tapes Records - “Parabolic View” Martin Nonstatic (Ligand) 2017 Ultimae Records - “Isolation” Warmth (Home) 2017 Archives - “Stasis Eject” 36 (Pulse Dive) 2015 3six Recordings - “Comet” Christopher Willits (Horizon) 2017 Ghostly International - “Unknown Presence” Solar Fields (Origin #2) 2010 Ultimae Records - “Cycloid” Arovane & Porya Hatami (C.H.R.O.N.O.S) 2019 Karlrecords - “Everlasting (Album Edit)” Asura (Radio Universe) 2014 Ultimae Records - "Frog" Carbon Based Lifeforms (Interloper) 2015 Blood Music - “Derelicts feat. Ester Nannmark” Carbon Based Lifeforms (Derelicts) 2017 Blood Music - “Be Life (James Murray Remix)” Anne Garner (Be Life Relived) 2016 Slowcraft Records - “Travel To A Human Heart” Strom Noir (Travel To A Human Heart) 2014 Sacred Phrases - “Nocturne 1” Ben Lukas Boysen (Gravity) 2014 Ad Noiseam - “Nocturne 2” Ben Lukas Boysen (Gravity) 2014 Ad Noiseam - “Moll 6” Misantropen (Molltoner från Norrland 1 & 2) 2018 Nothern Electronics - “Revelación” Palmerainvisible (Infinita) 2017 Abstrakt Reflections - “Depth Lights” Asceptic Siliceum (Chaotic Paths) 2019 Abstrakt Reflections - “Scheming (remix by Hecq)” Lusine lcl. (Conversions) 2014 Ad Noiseam - “Travel By Moonlight” r.roo (Nothing) 2014 Abstrakt Reflections - “Lonely Star” Asura (Radio Universe) 2014 Ultimae Records - “Espérance Délaissé” Asceptic Siliceum (Chaotic Paths) 2019 Abstrakt Reflections - “Sick Times” Boards Of Canada (Tomorrow’s Harvest) 2013 Warp Records - “Quaoar” ASC (Trans-Neptunian Objects) 2017 Auxiliary - “Starman” David Bowie (The Rise And Fall Of Ziggy Stardust And The Spider


L'horloge de l'Humanité
Jul 24 2020 30 mins  
## Texte de l'épisode Salut à toi, Si tu as lancé la lecture, c’est parce que tu veux continuer de te détendre en contemplant le ciel. Comme tu as raison. C’est l’un des plus beau spectacles qui existent. C’est aussi le spectacle le plus ancien que l’humanité connaisse. Je suis, moi aussi, tellement content que l’on reparte ensemble pour une nouvelle aventure. J’ai plein de choses fascinantes à te raconter, mais avant tout, je vais te demander de te mettre en condition pour voyager avec moi dans l’espace et le temps. Ce n’est pas compliqué, tu connais la méthode : pose toi confortablement, tu peux bouger si tu veux mais garde les yeux fermés. Détends-toi, essaie de te concentrer uniquement sur ma voix. Si tu t’endors, tant mieux, mais dans tous les cas, tu vas passer un moment agréable qui va recharger tes batteries. Installé ? parfait. on va faire une respiration calme, toujours les yeux fermés. Inspire (inspire) Expire (expire) On va planter le décor ensemble, je te guide et toi tu crées le monde autour de toi. On va s’imaginer être sur la plage sur laquelle nous étions lors de notre dernière aventure. C’est une plage isolée, couverte de sable fin, et cette nuit, la mer est calme. On entend à peine les vagues qui s’échouent sur le sable doux. Assieds-toi dans le sable et regarde autour de toi. La plage forme un croissant à ta gauche et à ta droite, te protégeant sans restreindre la vue que tu as du ciel. Et quel ciel ! Plusieurs milliers d’étoiles percent la voûte célestes de leur lumières scintillantes. En contrebas, la mer reflète ce spectacle et le fait danser avec les ondulations de l’eau. Il fait bon, la nuit est douce et t’enveloppe d’une odeur doucement iodée. Profitons-en un instant… ... On est bien ici, non ? Je te propose maintenant de t’imaginer t’allonger dans le sable, le regard perdu dans ce dôme étoilé. Les yeux dans les étoiles tu enfonces doucement le bout de tes doigts dans le sable, puis ta main entiere et sent la douceur de la journée qui s’est accumulée dans les grains sous la surface. Profite-en pour sentir le sable qui s’écrase sous ton poids, au niveau de ta tête, de tes épaules, de ton dos, de tes jambes, de tes talons. Sent cette force à la fois douce et puissante qui te plaque au sol et te retiens de plonger dans cet océan infini d’étoiles. Admire ce nuage lumineux qui barre le ciel d’un côté de la coupole céleste à l’autre, la Voie Lactée, la galaxie qui nous abrite. Souviens toi des légendes qui la décrivent. Tu as déjà surement aussi en tête les images de notre dernier voyage. Lorsque tu regardes les étoiles, maintenant, tu sais qu’il y a au loin, des trous noirs, des étoiles massives sans oublier, plus proches de nous, les planètes de notre système solaire. Tu as peut-être toutes ces connaissances grâce à notre dernière aventure, ou alors tu es toi aussi passionné par le ciel et tu le savais déjà. Ou un mélange des deux. Mais t’es-tu déjà demandé comment on le sait ? Comment sommes-nous passés d’admirer le ciel, voir le craindre, à le comprendre ? Je te disais que nous ne sommes pas fait pour le comprendre intuitivement. Cela veut dire que sans outil intellectuel, sans la Science, nous serions probablement toujours des êtres superstitieux qui chercheraient des signes de leur avenir dans les cieux. Nous sommes des êtres composés de poussières d’étoiles qui avons développé une méthode pour comprendre, prédire et au final, donner un sens à l’Univers. En fait, génération après génération, nous sommes l’univers qui s’analyse et tente de se comprendre lui-même. Je ne vais pas te faire un cours d’Histoire, non, on va juste faire un voyage assez court au sein des idées et de la vision que nos aïeux avaient du ciel, dans un ordre parfois décousu, temporellement. Hé oui, tout le monde n’était pas toujours d’accord et certains avaient raison avant tout le monde, parfois par hasard, sans pouvoir encore en apporter la preuve. Voilà l’aventure que nous allons vivre aujourd’h


La forme la plus parfaite
Aug 07 2020 26 mins  
## Texte de l'épisode ### Introduction Toujours sur la plage, bercé par la rythmique des vagues. Tu sais maintenant comment l’humain a pu s’approprier le temps, en faire un outil de plus en plus précis, mais en gardant comme référence originelle le couvercle de la Terre. Tu sais qu’en regardant le ciel, et le ballet des astres, nos ancêtres ont appris la notion de cycle temporels en remarquant des répétitions dans l’enchaînement des événements stellaires. Les jours, les mois, les années. Mais que savaient-ils de la planète qu’ils habitaient ? En réalité, pas grand chose. Avant que l'on commence, je souhaiterais que tu oublies cette idée que les générations qui nous ont précédés étaient des idiots, avec des croyances absurdes. Pour beaucoup, les légendes étaient simplement de belles histoires qui proposaient une réponse poétique à des phénomènes dont personne ne connaissait l’origine réelle. En fait, on peut même dire que ceux et celles qui nous ont précédés étaient même plutôt doués. Un bon exemple, c'est que l'on peut voir la déformation des constellations au fur et à mesure des siècles tellement les cartes du ciel étaient précises. Ils manquaient de connaissance, mais pas d'intelligence ni d’un sens aigu de l’observation. On imagine souvent que nos ancêtres les plus lointains pensaient que la Terre était plate. Il n’en est rien. Imaginer que nos ancêtres pensaient que la Terre est plate est en réalité une forme de propagande qui est apparu durant la Renaissance, afin de dénigrer ce que l’on nomme le Moyen- ge. Cette période qui réunit des époques si différentes qu’il y a peut-être autant de différence entre l’humanité au début et à la fin de cet époque qu’il peut y en avoir entre la fin du moyen-âge et notre civilisation actuelle… Tu veux une preuve ? Le globe terrestre placé dans la main de l’empereur Charlemagne qui signifie son pouvoir sur le monde est bien une sphère. Maintenant que les idées reçues sont balayées, reprenons. Nous n’avons en réalité que très peu de traces des premiers questionnements. C’est vrai que c’est à la fois banal et tellement essentiel à la compréhension de notre place dans l’Univers. Et il faut remonter tellement loin que les écrit finissent par manquer. Et quand on remonte si loin, imaginer que les humain de l’époque se posent la question, c’est peut-être minimiser l’innocence de nos ancêtres. Pourquoi chercher une explication à quelque chose que l’on a toujours eu sous nos pieds ? Reprenons l’analogie de l’humain parcourant en accéléré le savoir accumulé de ses aïeux : Quand vous-êtes vous posé la question de la forme de la Terre de votre propre initiative ? Peut-être n’avez-vous pas eu le temps de vous la poser avant qu’on vous l’apprenne ? A l’échelle de l’histoire de l’Humanité, ce n’est que récemment, vers -625 avant JC que l’on a des traces du questionnement-même de la forme de la Terre. C’est près de 1500 ans après les pyramides ! Cela ne veut pas dire que personne ne s’est posé la question, probablement juste que personne n’avait trouvé de réponse pertinente. C’est le Mathématicien Thalès, oui celui du théorème avec les triangles, qui s’aventure à définir la Terre comme un disque plat, reposant sur un océan gigantesque. Mauvaise pioche, mais il a eu le mérite de se poser la question et de la noter. ### Les ombres de la Terre Sa réponse, le disque, est déjà bien plus avancée qu’il n’y paraît. Il n’a pas imaginé la Terre comme un plan infini, mais ayant une taille donnée. Un peu plus tard ce sont Pythagore et Platon qui préfèrent imaginer la Terre comme une sphère... pour une raison plus philosophique que scientifique, la sphère étant une forme jugée plus rationnelle. Platon disait à ses élèves “Ma conviction est que la Terre est de forme ronde au centre des cieux, et n’a donc besoin d’aucun air ou aucune force qui ne fasse office de support. Si un homme pouvait voler, haut au-dessus des nuages, la Terre ressemblerait à l’une de ces balles couvertes de cuir, pa


De l'errance à l'harmonie
Aug 21 2020 31 mins  
## Texte de l'épisode ### Introduction Tu as toujours les yeux perdu dans ce ciel toujours aussi familier ? Imagine-toi équipé de la première lunette astronomique. Tu regardes dedans et non seulement les étoiles te paraissent plus brillantes mais tu en distingues d’autres que tu n’avais pas vues. Je t’avais dit que par une nuit noire, tu peux apercevoir quelques 3000 étoiles, mais avec une simple lunette astronomique, tu peux monter à près de 20 000 étoiles. Partout où tu regardes, le ciel est rempli de ces points lumineux, même là où tu n’en voyais pas à l’oeil nu. Profite-en pour regarder la grande ourse et mieux distinguer Alcor et mizar, ces deux étoiles si proches qu’elles ne paraissent faire qu’une pour les yeux non avertis. Imagine ce qu’a dû ressentir le premier homme qui a utilisé cet instrument, l’émerveillement et le vertige de s’apercevoir que le nombre d’étoiles visibles ainsi est plus grand encore. Mais je vais un peu vite, nous en étions au tout début de cette histoire où la lunette astronomique joue un rôle central. ### Les planètes C’est en se concentrant sur cette bande de constellations qui sert à l’astrologie, à la recherche de signes venant du ciel que l’on s’est aperçus que certains points ne défilaient pas de la même façon que le reste des étoiles au fur et à mesure de l’année. D’un mois à l’autre, ces points changeaient de place au sein des constellations du Zodiaque. On retrouve Thalès qui avait à tort déterminé que la Terre était un disque, qui nomme ces étoiles particulières : Ces point ont été nommés “planètes”, nom formé à partir du mot latin "planeta", qui vient lui-même du grec "planêtês" : et qui signifie "errant, vagabond". Alors nos ancêtres romains leur ont donné des noms de leurs dieux et on a gardé cette dénomination : Jupiter, la plus grosse des planètes a reçu le nom du dieux des dieux, Saturne, celui du dieu lié au solstice d’hiver. Un point très rapide a été nommé Mercure, dieu des voleurs, des voyages et le messager des autres dieux Un point rouge, comme le sang, a hérité du nom de Mars, le dieu de la guerre. Enfin, la plus belle planète du ciel a été nommée Vénus, comme la déesse de l’amour, de la beauté et de la séduction. Ces planètes ont d’ailleurs donné leur nom aux jours de la semaine : Tous les nom des jours contiennent “di”. Cela ressemble d’ailleurs étrangement à “day” chez nos amis d’outre-manche. Di signifie “le jour de”. Mercredi c’est le plus facile à deviner : il s’agit du jour de Mercure. Avec un peu d’imagination, tu peux trouver la signification de chacun des jours de la semaine. Lundi pour la lune, Mardi pour Mars, Jeudi pour Jupiter, Vendredi, pour Venus. Pour Samedi et Dimanche, le mieux est de passer en langue anglaise : Saturday et Sunday. Le jour de Saturne et celui du Soleil. Si je t’ai parlé du temps, c’est entre autre parce que sans calendrier, il aurait été impossible de repérer l’aspect cyclique du mouvement de ces astres. C’est ainsi tout à fait naturel que le nom des jours soit lié à ces objets mobiles de la voûte céleste. On retrouve encore une fois le ciel utilisé comme une horloge. Tu remarques qu’il manque des planètes. C’est normal. Le système solaire a toujours été le même mais la vision qu’en a eu l’humanité a évolué au fil du temps. Au début, on ne parlait même pas de système solaire d’ailleurs, puisque la Terre était au centre de tout. Il y a quelques années, je t’aurais dit que pluton est une planète. Quelque deux siècles en arrière, je te l’aurais listé de cette façon : Mercure Venus, Terre, Mars, Cérès, Pallas, Junon et Vesta, Jupiter, Saturne, Uranus… et c’est tout. Donc pour nos ancêtres, le ciel était composé des seuls 7 éléments qui composent les jours de la semaine. ### Un ballet déséquilibré Mais ces planètes, quel que soit le nombre connu, ont eu bien plus d’influence que ce que quiconque aurait pu anticiper. Leur présence remettait en cause l’image que l’humanité avait du ciel. Il n’était plus possible



L'invisible chorégraphe
Sep 04 2020 31 mins  
## Texte de l'épisode ### Introduction Jusqu’à présent je t’ai raconté l’histoire des idées sans m’attarder sur les humains eux-mêmes. Pour cette partie, nous allons un peu plus parler d’Histoire avec un grand H car le contexte a en réalité souvent son importance. Personne ne vit en dehors de son époque, les idées ne sont pas des choses éthérées qui vivraient au-delà du quotidien des humains. Pour te le prouver, j’ai un parfait exemple pour toi. Alors détend-toi, installe-toi confortablement je vais te raconter une histoire plein de science et de rebondissement. ### Johannes Kepler Celui dont je vais te conter l’histoire n’est pas n’importe qui. Son nom ne t’es peut-être pas inconnu mais il est peu probable que l’on t‘ait déjà parlé en détail de l’étendue de son talent et il est encore moins probable que l’on t’ai conté l’histoire de sa vie. Cet homme est Johannes Kepler. Au lieu de simplement te parler de ses découvertes, j’aimerais te parler un peu du parcours atypique de Johannes Kepler car il est étrangement erratique pour quelqu’un qui énoncera des lois de mouvement si régulières. Alors laisse moi te conter le récit de la vie de l’un des esprits les plus importants de l’Histoire de l’astronomie. Lors de sa naissance, en 1571, l’Europe est en proie à deux révolutions : 50 ans plus tôt, un écrit était cloué à la porte d’une église, et sonna le début du protestantisme, 26 ans avant, un certain Copernic avait démontré que le soleil ne tournait pas autour de la Terre, mais l’inverse, ce qui est une étape scientifique plus que notable C’est un temps agité et où les autorités religieuses sont sérieusement remises en questions. Physiquement, il est assez chétif et a une vision abîmée par la variole… Des signes qui pourraient plutôt annoncer une mort rapide qu’une destinée brillante. Alors qu’il a 6 ans, un évènement changera sa vie à jamais : une comète apparaît dans le ciel et elle est tellement brillante que toute l’Europe est subjugée. Petit rappel d’histoire, Kepler est plus ou moins Allemand, au sens qu’à l’époque il n’y a pas d’Allemagne à proprement parler, mais le Saint-Empire romain germanique, qui s’est étendu du sud du Danemark au nord de l’italie et de l’alsace à Vienne en autriche. A l’époque, la guerre de 30 ans opposant catholiques et protestants n’a pas encore éclaté et Kepler s’inscrit en 1589 dans l’université de Tübingen dans le but d’étudier la théologie et devenir un pasteur. Il rencontre alors l’homme qui changea à tout jamais son destin, (et celui de la science elle-même, indirectement) : Maestlin. Un nom qui n’est pas si connu dans l’histoire mais dont le rôle ici est essentiel. Maestlin est secrètement un disciple de Copernic. Evidemment, à l’époque il faut bien savoir tenir sa langue lorsque l’on pense que la Terre n’est pas au centre de l’Univers, sous peine de se voir torturer. En voyant la passion de Kepler pour l’astronomie, il lui prêta alors discrètement l’oeuvre de Copernic. Cela fut un choc et fascina Kepler qui y vit alors non pas l’hérésie, mais l’oeuvre divine d’une mécanique harmonieuse. Kepler est âgé alors de 23 ans et malgré sa passion pour les astres, il pense toujours devenir pasteur, mais une rencontre va une nouvelle fois changer sa vie : La ville de Graz, en Autriche, l’invite à venir enseigner les mathématiques. Emballé par l’idée de vivre de sa passion scientifique, Kepler accepte mais peu de personnes suivent ses cours et il est alors contraint d’accepter un second poste : celui de créateur de calendrier. Ce qui à l’époque tient plus de l'astrologie que de l'astronomie. Johannes Kepler, malgré ses publications astrologiques reste réaliste quand à leur portée : “Le ciel agit sur l’homme pendant sa vie , comme les ficelles qu’un paysan noue au hasard autour des courges de son champ : les nœuds ne font pas pousser la courge, mais ils en déterminent... la forme. De même pour le ciel : il ne donne pas à l’homme ses habitudes,son histoire, son bonheur, ses e


Un grain de poussière
Sep 18 2020 27 mins  
## Texte de l'épisode ### Introduction Après la vie mouvementée de Kepler et maintenant que nous avons balayé plusieurs aspects de la connaissance humaine de l'astronomie, je te propose de faire un résumé des connaissances et des inconnues. Nous savons que la Terre tourne autour du Soleil, à la manière d’autres astres du même type, d’autres planètes, dont certaines ont des lunes, comme Jupiter par exemple. Nous avons des formules mathématiques qui permettent de savoir où se trouve toutes les planètes connues, leur vitesse et nous pouvons ainsi prévoir des phénomènes astronomiques futurs. Nous avons une vague idée qu’il existe un phénomène permettant d’attirer les planètes vers le soleil et les lunes vers les planètes et de les faire tourner comme une pierre au bout d’un ficelle… mais ce qui compose la ficelle est totalement inconnu. Concernant les dimensions, seules quelques règles de proportions ont été apportées par Kepler, il avait découvert que la distance entre les planètes s'accroît en proportion de leur distance au Soleil, mais sans donner de dimension. Quelle est donc la taille du système solaire et des astres qui le compose ? Estimée à 10.000x le rayon terrestre par Archimède, il variera de 380 à 1520 selon les scientifiques et les époques… ce qui veut dire que personne ne sait vraiment. ### Transit de Vénus et l’unité astronomique Si Kepler avait souligné l'événement prochain, le transit de Vénus, c’est que connaissant les proportions des orbites et surtout les vitesses de déplacement, il est possible alors de mesurer la distance qui nous sépare du Soleil en comparant les observations depuis deux points éloignés sur la Terre. Je vais te faire grâce des mathématiques et surtout de la géométrie qui explique ce calcul, mais je peux t’expliquer facilement sa base. Je suppose qu’un jour d’ennui, ou dans un film 3D, tu as déjà fait l’expérience de voir certains objets de la scène que tu regardes, alterner leur position de gauche à droite lorsque tu fermes un oeil puis l’autre. Plus l’objet est prêt, plus la différence de position sera importante. Plus l’objet est loin, plus il restera immobile lorsque tu changes d’oeil. C’est d’ailleurs le même phénomène qui fait que les poteaux du train défilent vite mais les objets à l’horizon semblent lents ou immobiles. Et plus impressionnant encore, c’est aussi ce qui fait que tu as l’impression que la Lune te suit lorsque tu voyages de nuit. Ce phénomène a un nom : c’est ce qu’on appelle la parallaxe. Maintenant que tu as ce principe physique en tête, dis-toi que c’est grâce à ça que l’on mesure les distances dans l’espace. Mais si à quelques kilomètres, les objets semblent immobiles lorsqu’on est en mouvement, comment mesurer la distance d’objets aussi lointains que le soleil ou même des étoiles ? C’est simple : plus les deux points d’observations sont éloignés, plus la mesure est précise. Les 10-12 cm qui séparent nos yeux en moyenne ne sont bien évidemment pas suffisants. Pour mesurer l’unité astronomique, il faut séparer les points d’observation de milliers de kilomètres et observer le phénomène de manière simultané. Actuellement ce n’est pas un problème particulièrement compliqué à résoudre : Tu peux au choix faire appel à un observatoire au bout du monde avec un simple email ou envoyer un second observateur avec lequel vous vous synchronisez à l’aide d’horloges précises disponibles presque gratuitement. Mais souvenons-nous à quelle époque les premières observations tentent d’être effectués : 1631. Je dis bien “tentent” car si les Kepler avait prédit avec succès le transit de Mercure en novembre 1631, il n’avait pas déterminé l’orientation de la Terre pour le transit de Vénus, en décembre de cette même année. Pas de chance : au moment du transit, il fait nuit en Europe, ce qui, je le rappelle, est la définition de l’absence de visibilité du Soleil, ce qui compromet l’observation d’un corps passant devant notre étoile. En tout cas, cela a le mérite de


Démontons l'horloge
Oct 02 2020 44 mins  
## Texte de l'épisode ### Introduction Prends le temps de savourer cette dernière partie de notre voyage dans l’histoire des connaissances du ciel. Nous allons enfin comprendre ce qui fait tourner l’horloge cosmique... pour finalement détruire le concept-même de temps. Depuis l'intuition d’Aristote jusqu'à Kepler en passant bien évidemment par copernic et Galilée, si le mouvement des corps célestes est bien compris et les règles fonctionnelles, cela ne veut pas dire que l’on sait quel est le phénomène qui est à l’origine de ces mouvements. Aristote disait que les choses lourdes tendent à aller vers le centre de la Terre, à l’époque où ce dernier était encore pensé comme le centre de l’univers Kepler, lui, avait évoqué une forme de magnétisme. ### Galilée, Newton et les lois d’attraction Depuis Galilée, on sait déjà que deux objets devraient tomber à la même vitesse dans le vide, quelles que soient leurs masses. "Si les corps lourds tombent plus vite que les corps légers, en attachant ensemble un corps léger et un corps lourd, le plus léger des deux ralentira le corps lourd et l’assemblage doit tomber moins vite que le plus lourd des deux corps. Cependant, une fois attachés ensemble, ils forment un nouveau corps plus lourd que le plus lourd des deux. Ce nouveau corps doit donc tomber plus vite que le plus lourd des deux. Ce qui est une contradiction. Par conséquent, tous les corps doivent tomber à la même vitesse." Si cela te parait magique ou compliqué, imagine la chose suivante : un objet a ce qu’on appelle une inertie. On le définit à l’époque comme sa capacité à résister au déplacement. Plus il est lourd, plus il est difficile de changer la direction ou la vitesse de son mouvement. Une boule de pétanque lorsque tu la lâches pour la laisser tomber au sol, va demander plus d’énergie pour accélérer et toucher le sol. A l’inverse, une bille demande moins d’énergie, mais elle est aussi moins soumise à la gravité. C’est une autre façon de comprendre pourquoi la bille et la boule de pétanque mettront le même temps à chuter d’une hauteur donnée. Nous sommes en 1666 soit quelques décennies après Kepler et du vivant de Halley et bien entendu, Newton. Newton est dans le jardin familial dans le Lincolnshire en Angleterre et, contrairement à l’image populaire n’a pas reçu de pomme sur la tête : il imagine simplement que la force qui fait tomber la pomme vers le sol est probablement la même que celle qui retient la Lune sur son orbite. Il appuie alors ses calculs d’une telle hypothèse sur les tables de Kepler ainsi que les travaux sur l’inertie de galilée. Mais aussi, et c’est moins connu, en consultant ses contemporains tels que Robert Hooke. Ce dernier est rarement crédité or, c’est lui qui démontre que la force appliquée est proportionnelle au carré de la distance qui sépare les astres en mouvement, composante essentielle de l’équation. En janvier 1684, Robert Hooke, Christopher Wren et Edmond Halley débattent sur le mouvement des planètes. Les trois hommes conviennent que le Soleil attire les planètes avec une force inversement proportionnelle au carré de leur distance. A deux fois la distance, la force est donc divisée par 4, pour 3 unités elle est divisée par 9, et ainsi de suite… La question qu'ils se posent est celle de l'orbite que suivra une planète soumise à l'influence de cette force ; en s'abritant derrière les lois de Kepler, ils imaginent que ce sera une ellipse, mais ils manquent d'outils pour le démontrer. Hooke annonce qu'il a trouvé la solution, mais refuse de la révéler tant que les deux autres ne s'avouent pas vaincus. Halley et Wren reconnaissent leur échec, mais les mois passent et Hooke ne révèle toujours pas son secret. Alors Halley décide de poser la question à Isaac Newton qui répond aussitôt que ce serait une ellipse, parce qu'il l'a calculé. Halley reçoit un bref manuscrit de neuf pages intitulé “Du mouvement des corps en orbite” où il trouve ce qu'il attendait, et bea









5 • 1 Ratings

FannyCM Jul 16 2020
Un podcast passionant et planant sur l'histoire de l'univers, des étoiles... Vivement la suite !